Fuck Pounds

Se muscler par la pensée

Se muscler par la pensée

 

 

 

Faire travailler ses muscles sans bouger, simplement en se concentrant sur eux ? L’idée est séduisante, mais prête à sourire. Pourtant, des études ont montré que la musculation virtuelle était aussi efficace que la musculation réelle ! Intrigués, nous avons rencontré la docteure Bernadette de Gasquet, qui a importé cette « gym imaginaire » en France.

Se muscler sans faire un mouvement, simplement en s’imaginant faire des exercices ? Cela n’a rien d’une plaisanterie. La preuve, des chercheurs américains de la Cleveland Clinic, dans l’Ohio, un établissement spécialisé dans la rééducation, ont équipé des volontaires d’électrodes afin de mesurer l’impact de la pensée sur la tension musculaire. L’imagerie par résonance magnétique (IRM) a démontré que les contractions mentales des muscles provoquent une activité électrique dans le cerveau, indiquant donc clairement un travail musculaire. Les scientifiques ont ensuite évalué les bénéfices de cette musculation mentale : jusqu’à 35 % de force en plus. Et ce gain se maintient pendant environ trois mois après l’arrêt de l’entraînement.

En France, la docteure Bernadette de Gasquet a eu l’idée d’appliquer cette découverte au travail sur les abdominaux. En posant des électrodes sur les muscles contractés par la pensée, elle a confirmé que le travail mental est aussi puissant que le travail réel, rejoignant les conclusions des études américaines faites sur le cerveau. « Quand ces mouvements mentaux sont bien réalisés, précise-t-elle, ils sont plus efficaces que s’ils étaient réellement exécutés, car il y a une concentration sur le muscle sollicité sans perte d’énergie ni épuisement. La vascularisation des muscles est importante, les courbatures généralement moindres, et la vascularisation et l’oxygénation du cerveau sont très augmentées ! »

Dans son livre Abdominaux : arrêtez le massacre, Bernadette de Gasquet affirme que les exercices classiques pour muscler les abdominaux sont dangereux. « Cette pratique doit être dénoncée, explique-t-elle, car non seulement ces exercices ne font pas le ventre plat, mais en rapprochant souvent les épaules des hanches, ils sont néfastes pour le dos, sans compter qu’ils exercent une pression abdominale très forte, qui peut occasionner chez les femmes des descentes d’organes. » Ces risques, précise-t-elle, sont inexistants lorsque l’on pratique la musculation mentale. Autre avantage, cette gymnastique virtuelle est accessible à tous. Elle fonctionne très bien sur les personnes sous plâtre (cela évite la fonte des muscles), les personnes âgées, les femmes venant d’accoucher (à qui les abdos classiques sont interdits), les personnes alitées ou en fauteuil roulant. Enfin, on peut effectuer certains de ces exercices partout. Le patinage, par exemple, est particulièrement recommandé en avion, sur les vols long-courriers, pour améliorer la circulation sanguine dans les jambes, et donc réduire les risques de phlébite ).

Alors, convaincu ? Nous, presque. Nous l’avons testé, mais pas assez longtemps pour juger de l’efficacité réelle. Sans effort, sans sueur, sans contrainte, nous avons eu du mal à persévérer. Difficile d’abandonner l’esprit « maso »…

 

 


Exercices : travailler les cuisses et les abdominaux

  • Le patinage

Assis sur une chaise, les pieds à plat, imaginez que vous portez votre poids tantôt sur un pied, tantôt sur l’autre, et que vous patinez sans que vos pieds ne bougent. Si vous arrivez à visualiser le geste, vous devez sentir dans les cuisses un travail qui part du ventre. C’est là que se trouvent les muscles transverses et les abdominaux obliques, que vous solliciterez par ce mouvement, tantôt d’un côté, tantôt de l’autre.

  • Les ciseaux

Couché sur le dos, genoux fléchis, imaginez que vous ramenez un genou vers la poitrine en expirant. Vous sentirez le travail de la cuisse, mais aussi les abdominaux transverses et droits. Pour encore plus d’efficacité : faites travailler les deux jambes en même temps. Enfin, si vous commencez l’exercice avec une jambe allongée et l’autre fléchie, vous solliciterez plus intensément les muscles de celle qui travaille.

  • La torsion verticale

Assis en tailleur par terre ou simplement sur une chaise, dos droit, penché légèrement en avant, exécutez d’abord une vraie torsion : en expirant, faites tourner le bas du ventre vers la gauche, puis, à chaque expiration, tournez un peu plus haut : taille, poitrine et enfin la tête. Refaites maintenant l’exercice dans votre tête : ne bougez plus, mais expirez chaque fois que vous tournez, étape par étape. Puis recommencez en changeant de côté. Cet exercice sollicite les obliques.

  • La torsion latérale

Couché sur le côté, les jambes pliées et les genoux groupés, la tête posée sur le bras du dessous, ne vous tassez pas : éloignez la poitrine du bassin. En expirant, imaginez que vous remontez plus fort les genoux vers la poitrine, puis que vous envoyez les deux genoux en même temps de l’autre côté (vers la gauche si vous êtes couché sur votre côté droit, vers la droite si vous êtes couché sur votre flanc gauche). Recommencez en vous allongeant sur l’autre côté. Cet exercice fait travailler les obliques.

 

 

 

 

 

source:http://www.psychologies.com


17/12/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour